0 Commentaires

Traitement par électrocoagulation

Découvez une méthode naturelle et efficace contre la Rosacée...

L’électrocoagulation est l’un des plus anciens procédés permettant de soigner la couperose. Malgré son âge avancé dans la médecine, il reste toutefois l’un des plus efficaces et des moins douloureux. Cependant, son prix conséquent pourra freiner certains patients devant subir plusieurs séances. Certains praticiens peuvent demander jusqu’à 100 euros juste pour une seule séance.

L’électrocoagulation c’est quoi ?

La « coagulation de sang » est le résultat d’une transformation de son aspect liquide en aspect plus ou moins solide. Lors d’une couperose, les « télangiectasies » qui apparaissent à la surface de la peau, proviennent de cette « coagulation de sang » et ce, à plusieurs endroits du visage. C’est ainsi que la peau est parsemée de nombreux vaisseaux rouges ou encore violacés.

Par « électro », il faut entendre « courant électrique ». Ce courant envoyé par une petite aiguille chirurgicale ou une électrode vers les vaisseaux va engendrer une destruction des tissus coagulés (des rougeurs stagnantes du visage). Le courant que produit l’électrode est généré à haute fréquence mais reste d’assez faible intensité de façon à ne pas trop fragiliser la peau.

Le patient recevant ce type de soin pourra comparer cette douleur, infime soit-elle, à un petit pincement du visage à chaque passage de courant électrique sur un vaisseau.

Principes de traitements par électrocoagulation

Traitement par electrocoagulation de la rosacéeAvant d’entamer ce traitement, le médecin devra, dans un premier temps, déterminer la sévérité et l’étendue de la maladie. Ce premier entretien lui permettra également d’établir un diagnostic dermatologique complet et définir l’état de santé général de son patient.

Les personnes atteintes de troubles cardiaques ou disposant d’un pacemaker devront envisager un autre traitement plus adapté. Cet entretien se conclura par un essai d’électrocoagulation sur une infime partie du visage.

Si le patient devait mal réagir ou mal cicatriser, cet essai préalable saura le démontrer lors du second entretien.

Lors de ce deuxième entretien, le médecin pourra ainsi constater si l’essai effectué auparavant a été concluant ou non. Dans la plupart des cas, le résultat est positif. Avant de commencer cette , le patient recevra une anesthésie du visage par le biais d’une crème à appliquer et à laisser agir près de 60 minutes. Durant 15 à 30 minutes, le praticien parcourt ainsi les différents vaisseaux à supprimer. La suppression de cet excès de sang va nécessairement le faire ressortir par la peau et former par la suite de légères croutes qui disparaitront en moins d’une semaine.

La durée des soins

Il faut envisager un planning de soin selon le degré d’atteinte de la maladie. Une seule et unique séance ne suffit que très rarement. Certains n’auront besoin que de 3 séances tandis que d’autres cas nécessiteront plus du double. Il se peut qu’un traitement dure plusieurs mois, à raison de premières séances tous les 15 jours et plus espacées pour les suivantes.

Quand pratiquer l’électrocoagulation ?

Cette méthode est souvent proposée lors d’un stade avancé de la maladie. Les résultats sont d’avantages concluants à partir du stade 2 lorsque les rougeurs sont permanentes. Au cours du stade 1 où sont perçues les flushs intermittents, l’électrocoagulation n’a pas d’effet puisque les vaisseaux ne sont pas suffisamment apparents pour être supprimés.

  • A noter :

De façon générale, le soleil est à proscrire lors d’atteinte de rosacée mais il est d’autant plus à fuir au cours de tous types de traitements, en particulier celui de l’électrocoagulation. Si le choix vous est offert, il est préférable d’éviter la période estivale où le soleil et la chaleur prédominent. Ces soins ne sont pas définitifs, il faudra par conséquent adopter un régime et un rythme de vie adapté, se procurer les traitements topiques adéquates afin de minimiser les prochaines crises.

Leave a Reply