La maladie de la couperose est très difficile à vivre, notamment lors de son évolution. Les patients doivent généralement se résoudre à changer certains fonctionnements de leur mode de vie. Pour palier à l’évolution de la rosacée, il est préconisé de se protéger des facteurs déclencheurs et aggravants. Ces facteurs sont le froid, le soleil, les changements de températures, l’alcool, le stress, certains aliments et ceci n’est qu’un aperçu.

Il existe aujourd’hui de nombreuses personnes atteintes de couperose qui témoignent de l’efficacité d’une modification de leur mode de vie. Contraignants, mais tellement combatifs et efficaces pour lutter contre la maladie et  son évolution, ces changements se font rapidement oublier par les patients.

Eviter les flushes :

Rappelons que le premier signe d’alerte de la couperose est le flush. Il se caractérise par des sensations de bouffées de chaleurs intermittentes, qui durent plusieurs minutes. Il est nécessaire d’éviter tous facteurs susceptibles de les provoquer.

Chaque individu répond de façon différente à chacun de ces facteurs déclencheurs. Certains patients seront plus touchés par la consommation d’alcool, d’autres par un vent très sec, ou par le stress. Il est important de comprendre sa maladie, d’évaluer et d’en peser les risques et éléments déclencheurs. Il est recommandé aux personnes atteintes de noter par ordre d’importance, ce qui provoque chez eux le plus souvent des flushes. Ainsi, le malade peut adapter au mieux son nouveau mode de vie.

L’alcool, les bains ou les douches trop chaudes ainsi que la consommation d’aliments épicés peuvent être supprimés de notre vie sans difficulté. Concernant le soleil, le froid, le vent, les changements de températures ou encore le stress, ce sont des éléments plus difficiles à éliminer puisqu’ils font partie de notre quotidien et de notre environnement, sans pour autant qu’on les y invite. Il faudra faire preuve d’intelligence et de ruses pour toutefois les combattre.

Quels sont les facteurs aggravants de la couperose, pourquoi et comment les éviter ?

L’alcool :

L’alcool conduit à la dilatation des vaisseaux sanguins. Cette consommation entraînera au départ des flushes et vous finirez par ressentir comme un coup de soleil permanent sur votre visage. Vous verrez de nombreux vaisseaux (télangiectasies) se former sur votre front, nez, pommettes, menton… Pour éviter la progression de la maladie, il est indispensable d’éviter la consommation d’alcool, notamment le vin et la bière.

Les températures :

Il est difficile de lutter contre les changements brusques de températures. Vous devrez veiller en hiver, à constamment vous protéger avec une écharpe en coton. Le seul moyen d’échapper aux flushes et télangiectasies sera de vous protéger les pommettes et le nez au moyen de votre écharpe. En été, malheureusement les protections solaires anti UV n’ont aucun effet sur la couperose. La peau de votre visage chauffe, il faut donc la refroidir.

Les symptômes se déclenchent suite à la chaleur ressentie par le corps (hyperthermie) et non à la suite d’une exposition aux UV. Il est dans ce cas préférable de toujours conserver une bouteille d’eau, afin de se désaltérer régulièrement en buvant ou en mouillant votre visage. L’essentiel est avant tout l’hydratation.

Vous devrez éviter de provoquer l’hyperthermie en prenant une douche ou un bain trop chaud. L’effet est identique à celui de la chaleur du soleil. Prenez donc une douche à température du corps, ni plus, ni moins.

Le stress émotionnel :

Le stress est également l’un des éléments déclencheurs de la couperose, plus délicat à contourner que la chaleur, le froid ou encore l’alcool, il est préférable pour ça de consulter un spécialiste. Etant donné l’impact des émotions sur votre corps, notamment sur votre visage, il s’avère indispensable de prendre conseil auprès d’un psychologue ou psychothérapeute. Vous devrez apprendre à maîtriser vos émotions, vos angoisses et votre anxiété, sans quoi la maladie prendra le dessus.

Il pourra être recommandé dans certains cas de faire appel à différents traitements médicaux, pour aider à gérer au mieux sa sensibilité. Plus vous êtes anxieux, plus la maladie et surtout ses symptômes se répètent et se développent. Plus elle se développe, plus vous êtes anxieux. C’est un cercle vicieux dans lequel il ne faut pas entrer, ou bien se faire aider pour en sortir.