Les recherches ont démontré qu’environ 4 patients sur 10 ont un parent atteint de rosacée ou de rougeurs, mais rien ne certifie qu’il existe une cause génétique. Le doute persiste et sera surement éclairé dans un avenir très proche.